Transformations de l’action publique et dynamiques institutionnelles : quels changements dans les comportements ?

Fiona Ottaviani (2021)

Actes sémiotiques, 124, pp. 1-7.

Extrait. “3.2. Vers une « vérité sociale »
Pour aborder la dynamique institutionnelle, Bessy (2002) met en avant la notion d’arrière-plan inspirée de l’approche searlienne. Nous reprenons ici le concept d’« arrière-plan » en lui donnant une dimension collective. La notion de « communautés interprétatives », empruntée à De Munck (1998), mais aussi à Fish (1980), nous apparaît comme une manière fructueuse de penser le caractère social de ces capacités d’arrière-plan. Nous postulons que c’est l’existence d’interactions critiques qui rend possible la modification de l’« arrière-plan collectif » (ibid.) expliquant les différences potentielles de valeurs et de compétences entre les personnes. Conscient de l’intérêt de cette notion d’arrière-plan, De Munck (1998, p. 180), lorsqu’il pointe les deux présupposés problématiques de la théorie de Searle (à savoir l’intentionalisme et le mentalisme), propose de substituer l’intentionnalisme par un « pragmatisme interactionniste ». Pour De Munck (1998, p. 184), les « conventions intersubjectives qui sont véritablement constituantes de la signification […] ne dépendent pas de l’intention du locuteur, mais de l’histoire de la communauté interprétative ». La position de De Munck permet ainsi de placer au centre de la signification l’interaction sociale (1998, p. 187).” (p. 5)

Transformations of public action and institutional dynamics: what changes in behavior?

Extract. “3.2. Towards a « social truth »
To address the institutional dynamics, Bessy (2002) highlights the notion of background inspired by the Searlian approach. Here we take up the concept of « background » again, giving it a collective dimension. The notion of « interpretative communities », borrowed from De Munck (1998), but also from Fish (1980), seems to us to be a fruitful way of thinking about the social character of these background capacities. We postulate that it is the existence of critical interactions that makes it possible to modify the « collective background » (ibid.) explaining potential differences in values and skills between individuals. Recognizing the value of this notion of background, De Munck (1998, p. 180), in pointing to the two problematic assumptions of Searle’s theory (i.e., intentionalism and mentalism), suggests replacing intentionalism with « interactionist pragmatism. De Munck (1998: 184) argues that « the intersub-objective conventions that are truly constitutive of meaning … do not depend on the intention of the speaker, but on the history of the interpretive community. De Munck’s position thus makes it possible to place social interaction at the center of meaning (1998, p. 187) ». (p. 5)

Link to the article

Download link