Conflits de travail et modes de coordination des relations professionnelles au Maroc.

El Filali, Issam (2019)

In: Le carnet du Centre Jacques Berque (Blog report, online).

INTRODUCTION

“Le dernier bilan social publié par le ministère de l’Emploi et des Affaires sociales[1] met l’accent sur le fait suivant : « les conflits de travail ont un rapport principalement avec le licenciement, les congés annuels, le SMIG, le paiement des salaires et enfin la CNSS » (MEAS, 2016). Ce constat constitue l’une des caractéristiques des relations salariales au Maroc qui peuvent conduire à l’interrogation suivante : pour quelles raisons les licenciements sont l’une des causes structurelles des conflits entre chefs d’entreprises et salariés ?

Le présent travail essaie de répondre à la question posée en avançant que les éléments déclencheurs des conflits de travail ne sont, en réalité, que le reflet d’une confrontation plus profonde liée au mode de coordination des relations professionnelles. Par mode de coordination on fait référence à : « un mécanisme centralisé, confrontant offres et demandes agrégées pour dégager un prix d’équilibre » (Favereau, 2016). Une telle définition est basée sur une approche néoclassique du marché du travail qui ne prend que l’offre et la demande de travail comme déterminants du rapport salarial. Or, ces relations, de par leur nature non-marchande ne peuvent être considérées uniquement sous l’angle de la maximisation du profit à travers l’allocation optimale du facteur travail. De fait,

‘l’accent sur la coordination met en lumière la complexité du métier de dirigeant, au point de rendre le critère de la maximisation des profits non seulement empiriquement improbable, mais formellement impensable : le métier consiste non en une décision unique de production, mais en coordination entre une multitude de décisions, dans les registres les plus divers.’ (Eymard-Duvernay, 2011).

Dans l’analyse de ce travail, la prise en considération de la nature des relations salariales est nécessaire surtout que le Maroc constitue l’une des expériences nationales où la connexion de l’économie du pays à celle des pays industrialisés s’est effectuée au prix d’une mobilisation intensive de la main-d’œuvre locale. Devant ce constat, les acteurs sociaux (chefs d’entreprises et salariés) semblent partir de logiques différentes et parfois opposées pour se positionner dans un dialogue social marqué par la rigidité.”

INTRODUCTION

“”The latest social report published by the Ministry of Employment and Social Affairs [1] emphasizes the following fact: “labour disputes are mainly related to dismissal, annual leave, the SMIG, payment of wages and finally the CNSS” (MEAS, 2016). This observation is one of the characteristics of wage relations in Morocco that may lead to the following question: why are dismissals one of the structural causes of conflicts between managers and employees?

The present work attempts to answer this question by arguing that the triggering elements of labour conflicts are, in reality, only the reflection of a deeper confrontation linked to the mode of coordination of industrial relations. By mode of coordination we refer to : “a centralized mechanism, comparing aggregate supply and demand to establish an equilibrium price” (Favereau, 2016). Such a definition is based on a neo-classical approach to the labour market which takes only labour supply and demand as the determinants of the wage relationship. However, these relations, because of their non-market nature, cannot be considered solely from the perspective of profit maximisation through the optimal allocation of labour input. Indeed,

‘The emphasis on coordination highlights the complexity of the profession of manager, to the point of making the criterion of profit maximisation not only empirically improbable, but formally unthinkable: the profession does not consist of a single production decision, but of coordination between a multitude of decisions, in the most diverse registers.’ (Eymard-Duvernay, 2011).

In the analysis of this work, it is necessary to take into consideration the nature of wage relations, especially since Morocco is one of the national experiences where the connection of the country’s economy to that of industrialized countries was achieved at the cost of intensive mobilization of the local workforce. Faced with this observation, the social actors (heads of enterprises and employees) seem to have different and sometimes opposing logics to position themselves in a social dia-logue marked by rigidity”.