Un renouveau de la sociologie des prix et des marchés

Christian Bessy (2020)

L’Année sociologique, 70, p. e1-e18.

Note critique des ouvrages de :
Michel Callon — L’Emprise des marchés. Comprendre leur fonctionnement pour pouvoir les changer, Paris, La Découverte, 2017.
Luc Boltanski, Arnaud Esquerre — Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, 2017.

Introduction

“La sociologie économique a renouvelé à partir des années 1980 l’analyse du fonctionnement des marchés suivant des perspectives différentes mais allant le plus souvent à l’encontre de la théorie micro-économique standard et de son homo economicus. Ainsi la « nouvelle sociologie économique » initiée par Mark Granovetter s’est constituée autour de la notion d’encastrement suivant une perspective polanyienne conduisant à opposer le marchand et le non-marchand. Toute une série de travaux a cherché ensuite à dépasser cette opposition en montrant comment le marché peut être créateur de nouveaux liens sociaux (Cochoy, 2012) ou, encore, ses frontières mouvantes avec la morale (Steiner & Trespeuch, 2014) dans la filiation de la recherche originale de Viviana Zelizer (1979) sur le développement de l’assurance-vie.
Dans une perspective sensiblement différente, l’économie des conventions (EC) a revivifié l’étude des marchés et de la concurrence en mettant l’accent sur les processus de qualification des produits (Eymard-Duvernay, 1989) ou encore sur les formes de mise en valeur des choses diffusées par des intermédiaires (Bessy & Chauvin, 2013). Plus récemment, l’analyse s’est focalisée sur la façon dont ces formes de valorisation constituent de nouvelles opportunités de profit, à l’instar de l’ouvrage de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre intitulé Enrichissement. Une critique de la marchandise et paru en 2017. Cet essai est le fruit d’une réflexion systématique sur les sources de création de richesse et d’une enquête débutée au début des années 2010 portant sur le rôle joué par la formation des prix dans la construction sociale de la réalité et sur la référence à la valeur dans leur justification et critique. Il s’attaque tout aussi bien à la théorie économique rabattant la question de la valeur sur celle du prix qu’à la sociologie économique traitant de la valeur en faisant systématiquement référence à des valeurs morales.
Suivant une autre approche plus inspirée des Science et Technology Studies, le livre de Michel Callon paru également en 2017, L’Emprise des marchés, propose une double critique de l’économie et de la sociologie économique à partir d’un approfondissement de l’étude de la formulation des prix mais, de son côté, en se libérant de la sacro-sainte question des rapports entre prix et valeur. Les questions morales y sont abordées mais au plus près de l’examen de la formulation des prix et des outils de calcul qui l’instrumentent.
Nous présentons dans un premier temps cet ouvrage car il cherche à remettre plus fondamentalement en question la théorie économique des marchés, y compris dans ses développements récents sur les « marchés multifaces ». Nous le positionnons dans un second temps par rapport à Enrichissement… et à certains développements de l’EC sur les liens entre prix et qualité [2]. En effet, pour Callon, il n’est pas nécessaire qu’existe un accord général sur la qualité des biens pour qu’un marché se développe, ce qui remet en cause la notion de « convention de qualité » ou de forme conventionnelle de mise en valeur des choses. C’est pour cela que l’auteur préfère plutôt parler d’« agencement marchand » que de « marché » sur lequel on présume généralement qu’il y a une forme d’homogénéité des biens auxquels on peut associer un prix.” (e1-e2)

Translation of the excerpt:

“From the 1980s onwards, economic sociology renewed the analysis of the functioning of markets from different perspectives but most often going against the standard microeconomic theory and its homo economicus. Thus, the “new economic sociology” initiated by Mark Granovetter was built around the notion of embedding from a Polanian perspective, leading to the opposition of the merchant and the non-merchant. A whole series of works then sought to overcome this opposition by showing how the market can be the creator of new social ties (Cochoy, 2012) or, again, its shifting borders with morality (Steiner & Trespeuch, 2014) in line with Viviana Zelizer’s (1979) original research on the development of life insurance. From a significantly different perspective, the economics of convention (EC) has revitalized the study of markets and competition by focusing on the processes of product qualification (Eymard-Duvernay, 1989) or on the forms of enhancement of things disseminated by intermediaries (Bessy & Chauvin, 2013). More recently, analysis has focused on how these forms of valorization constitute new profit opportunities, following the example of Luc Boltanski and Arnaud Esquerre’s book entitled Enrichment. Une critique de la marchandise, published in 2017. This essay is the result of a systematic reflection on the sources of wealth creation and an investigation begun in the early 2010’s on the role played by price formation in the social construction of reality and on the reference to value in their justification and critique. It tackles both economic theory, which reduces the question of value to that of price, and economic sociology, which deals with value by systematically referring to moral values. Following another approach more inspired by Science and Technology Studies, Michel Callon’s book also published in 2017, L’Emprise des marchés, proposes a double critique of economics and economic sociology based on a deeper study of the formulation of prices but, for its part, freeing itself from the sacrosanct question of the relationship between price and value. Moral issues are addressed, but as close as possible to the examination of price formulation and the calculation tools that use it. We first present this book because it seeks to question more fundamentally the economic theory of markets, including its recent developments on “multifacity markets”. Secondly, we position it in relation to Enrichment… and to certain developments in CE on the links between price and quality 2. Indeed, for Callon, it is not necessary that there is a general agreement on the quality of goods for a market to develop, which calls into question the notion of “quality agreement” or conventional form of valuing things. For this reason, the author prefers to speak of “market arrangement” rather than “market” on which it is generally assumed that there is some form of homogeneity of goods to which a price can be associated”. (p. 1-2)

Lien vers l’article (Libre accès)