Archives par étiquette : chômage/unemployment

Statistique et société, Vol 5 numéro 2 (2017) : Varia

Dans ce numéro de Statistique et société, trois contributions consacrées à l’économie des conventions.

  • Emmanuel Didier :  Pour mieux connaître « L’économie des conventions »
  • Robert Salais :  « L’économie des conventions » : l’exemple du chômage
  • Christian Imdorf :  « L’économie des conventions », courant important et méconnu de la nouvelle sociologie économique française : un panorama vu d’Allemagne

Télécharger le numéro entier / Download link (whole issue)

Trying the unemployed. Justification and critique, emancipation and coercion towards society. A study of contemporary reform in France and Denmark

Magnus Paulsen Hansen  (2017)

Copenhagen: Copenhagen Business School, PhD Series 10.2017

Abstract. Since the late 1980s, European welfare states and labour market regulation have gradually but radically been transformed into ways of underpinning a more “active society” where active usually entails paid work or activities, such as training and qualification, that aim towards work. The thesis investigates the transformation towards the ‘active society’ through the spectre of unemployment and how it is governed. Two puzzles in the transformations have motivated the inquiry: firstly, the co-existence of a plurality of different, and often contradictory, conceptions of who the unemployed are and why they are unemployed; and secondly, the co-existence of wills to emancipate the unemployed alongside the justification of using coercive measures towards them.
This thesis argues that if we want to understand the varieties within the transformations, the “what?” question, it is necessary to address the “how?”; i.e., how transformations are legitimised. Here, ideas and morality are pivotal. Inspired by French pragmatic sociology (Boltanski and Thévenot), the ideas are approached as cities of unemployment that are mobilised to justify and criticise policies related to the governing of unemployment. In these situations where the question of what is the best way to govern unemployment is put to the test, cities of unemployment enable actors to prepare and qualify the reality of the situation for critique and justification.
Each city of unemployment is founded on a principle with specific principles to try or test both those who govern and the subjects inhabiting each city, thus entailing a specific understanding of what emancipating the unemployed involves, i.e., what kind of moral subject the unemployed person is with what kind of needs and characteristics. The thesis thus asks which cities of unemployment are mobilised in contemporary reform processes of the governing of unemployment, how are the cities mobilised to justify and criticise, and how do the cities sediment into instruments and institutions governing the unemployed?
The questions are operationalised through an in-depth comparative study of four key contemporary reform processes: two in Denmark and two in France. The thesis is the first systematic investigation into the test situations that unfold in the public debates with a focus on the plurality of ideas that are mobilised to qualify and evaluate existing policies and justify changes.
The thesis shows how the governing of unemployment is the result of an ongoing sedimentation in the cities tied together in compromises. This makes the governing inherently composite and unstable. The thesis identifies and maps seven distinct cities of unemployment that are mobilised in all debates surrounding all four reforms: the cities of Demand, Redistribution, Insurance, Incentives, Mobility, Investment and the Paternal city. Regardless of differences between the four cases, all analyses show that reforms are particularly driven by justifications from the Paternal, Mobility, Investment and Incentives cities, which are all tied together in multiple ways. The other three cities do not vanish completely, but in the qualification of the unemployed they are increasingly put to the margins.
Finally, the thesis shows how the tensions between the cities that are mobilised for justificatory purposes are mitigated in categorisations and various institutionalised tests that continuously evaluate the behaviour of the unemployed. The tests, such as triage, screening, interviews and contracts, thus question and settle what kind of subject the unemployed person is, i.e., what city he lives in, how worthy he is, and what instruments will bring him closer to emancipation (i.e., the ‘active society’). In this way, the possibility of requalifying the unemployed is made permanent. A similar experimentalist dynamic is identifiable in the public debates concerning justification and critique. Here unemployment is increasingly seen as a multi-causal phenomenon that, in the end, is a matter of how to make the unemployed act in certain ways. The result is a constant uncertainty as to how to attach particular causes to particular categories of unemployment. Hence, the demand for targeting or “personalising” the governing in order to make the unemployed respond to it results in increasingly intimate and often coercive instruments.

Résumé. Depuis la fin des années 1980, les États-providence et les marchés du travail au sein de l’Europe connaissent des transformations radicales quoique graduelles, les amenant à privilégier une société plus « active », où actif a généralement le sens de travail rémunéré ou d’activités rémunérées comme px la formation sur le tas ou la formation professionnelle. Cette thèse étudie ce virage vers la ”société active” à travers le phénomène du chômage et sa gestion, la motivation étant d’arriver à une meilleure compréhension de deux tendances : Premièrement, la coprésence d’une pluralité de conceptions différentes et souvent contradictoires sur le chômeur et les circonstances ayant causé sa situation. Deuxièmement, la coprésence d’intentions visant à émanciper le chômeur, d’une part, et de justifications de mesures coercitives à l’encontre du chômeur, d’autre part.
La méthodologie proposée pour étudier et comprendre ces deux tendances suppose que pour savoir en quoi consistent ces transformations, il est nécessaire d’étudier comment les acteurs essaient de les justifier. À cette fin, une étude des idées et de leurs fondements moraux s’impose. S’inspirant de l’école française de la sociologie pragmatique (Boltanski et Thévenot), cette thèse propose une déclinaison du concept de cité du chômage pour rendre compte des idées mobilisées dans la justification et la critique des politiques de chômage. Dans de telles situations où la question de savoir comment gérer au mieux le chômage est mise à l’épreuve, des ‘cités du chômage’ permettent aux acteurs de préparer et qualifier la réalité afin de la critiquer et de la justifier.
Chaque cité du chômage est fondée sur un principe particulier se référant à une conception spécifique de l’émancipation du chômeur, et à partir de ce principe tant la gestion que les êtres présents qui y sont soumis peuvent être évalués ou mis à l’épreuve. Chaque cité attribue à chacun des chômeurs un sujet moral défini par des besoins et caractéristiques spécifiques. D’où la problématique suivante : Quelles cités de chômage sont mobilisées dans les processus de réforme contemporains de la gestion du chômage ? Comment les cités sont-elles mobilisées pour nourrir la justification et la critique ? Et enfin, comment se sédimentent-elles sous formes de dispositifs et d’institutions de gestion du chômeur ?
Ces questions sont traitées à travers une étude comparative détaillée de quatre processus de réforme importants – deux au Danemark et deux en France. Cette thèse est la première à étudier d’une manière systématique les ‘situations d’épreuve’ du débat public, et cela dans le but de mettre en évidence la pluralité des idées mobilisées pour qualifier et évaluer les politiques existantes et pour justifier des changements.
L’analyse montre comment la gestion du problème du chômage est le résultat d’une sédimentation continue de cités de chômage agencées par voie d’arbitrages. Cela rend la gestion du chômage hétéroclite et instable. Cette thèse révèle sept cités de chômage différentes, toutes mobilisées dans chacun des quatre débats : une cité de la demande, une cité de la redistribution, une cité des assurances, une cité des mesures incitatives, une cité des investissements, une cité de la mobilité, une cité paternaliste. Malgré les différences entre les cas étudiés, ceux-ci se caractérisent par étant fondés surtout sur la cité paternaliste et les cités de la mobilité, des mesures incitatives et des investissements. Les trois autres cités ne disparaissent pas complètement, mais elles sont de plus en plus marginalisées dans la qualification du chômeur.
Enfin ce travail de thèse montre comment les tensions décelées entre les cités mobilisées et au sein de celles-ci sont apaisées à l’aide de catégorisations et diverses épreuves institutionnalisées soumettant le comportement du chômeur à une évaluation continue. Des épreuves comme le triage, le dépistage, des interviews et des contrats questionnent et fixent le sujet du chômeur, à savoir sa cité de ‘domicile’ ou d’appartenance, sa valeur, et les instruments les plus indiqués pour l’amener vers son émancipation, c’est-à-dire vers ‘la société active’. Ainsi la possibilité de requalifier le chômeur est rendue permanente. Une dynamique d’expérimentation similaire se manifeste à travers la justification et la critique véhiculés par le débat public, où le chômage est considéré de plus en plus comme un phénomène à causes multiples et dont la solution consiste à découvrir, en fin de compte, comment amener le chômeur à agir d’une façon spécifique. Le résultat en est une incertitude constante concernant l’attribution de certaines causes à certaines catégories de chômeurs. D’où le besoin d’une gestion plus ciblée et personnalisée pour motiver le chômeur à agir ainsi que le besoin de dispositifs plus intimes et souvent coercitifs.

Download