Archives de catégorie : Soutenances / Dissertations

L’industrie financière en transition : une approche territoriale et institutionnaliste des innovations financières, par Victoriya Salomon

Thèse soutenue le 24 mars 2017 à l’Université de Neuchâtel sous la direction d’Olivier Crevoisier

Les causes et les conséquences de la crise financière globale de 2008 ont profondément marqué les esprits et ont impulsé une transition vers un nouvel ordre économique et financier. La reconfiguration du système financier en Suisse et la création de nouveaux circuits d’investissement, mieux articulés aux dynamiques économiques territoriales, constituaient l’hypothèse de départ de ce projet de recherche. Inspiré par la Théorie de la Régulation, l’objectif de cette thèse consistait à explorer les processus de transition « par le haut » afin d’identifier de nouvelles modalités d’investissement mises en place par les grands acteurs de la finance, notamment les investisseurs institutionnels. La première étape de cette recherche, centrée sur les stratégies de gestion financière des caisses de pension suisses, a permis de mettre en évidence le phénomène d’hystérésis institutionnelle caractérisé par l’absence d’initiatives de la part des grands investisseurs, d’une part, et par l’échec de nombreuses réformes de régulation financière, d’autre part. Partant de cette constatation, la deuxième étape de ce travail de thèse a été consacrée à l’exploration de « signaux faibles » de la transition « par le bas », ceci à travers des études de cas d’innovations financières issues de la transition numérique (ex. plateformes de crowdinvesting) ou de la transition vers une économie durable (ex. fonds d’investissement durable). Composée de trois articles et d’un « chapeau » introductif, cette thèse a contribué à l’élaboration d’une approche méthodologique et interprétative particulière permettant d’articuler différentes théories de la transition et du changement institutionnel et les cas empiriques d’innovations financières, ceci dans une approche territoriale de la finance. Inscrit en géographie de la finance, le premier article aborde la question de la transition à travers le cas de la finance durable en Suisse. A partir d’une étude de cas des fonds d’investissement durable (ou ISR), cet article traite des liens entre la finance de marché et le territoire en montrant comment la « valeur financière durable » a pu être socialement construite et légitimée par l’industrie financière, grâce à des dispositifs sociotechniques de dé-contextualisation des activités des entreprises financées par ces fonds. Après avoir mis en évidence le nécessaire ancrage territorial des objectifs de développement durable, cet article identifie les mécanismes de validation sociale de la « valeur durable » des produits financiers et soulignThèsee leurs limites. Dans le deuxième article, les processus de transition ont été explorés à travers l’exemple emblématique de nouvelles plateformes de financement participatif (ex. crowdinvesting) en tant que nouveaux acteurs d’investissement direct dans des entreprises innovantes. Motivée par le problème de gestion de l’incertitude, cette étude a cherché à comprendre dans quelle mesure ce nouveau modèle d’évaluation de projets d’investissement, mis en place par les plateformes de crowdinvesting, remet en question les approches plus traditionnelles des acteurs majoritaires de la finance directe (sociétés de capital-risque et clubs de business angels). Réalisé en continuité avec l’article précédent, le troisième article de thèse s’est fixé comme objectif d’approfondir la compréhension les particularités des nouvelles modalités d’(é)valuation de startups sur les plateformes de crowdinvesting. Il s’est donc intéressé à identifier et à expliquer la manière dont ces acteurs-plateformes exploitent des dispositifs sociotechniques qui tirent leur avantage des technologies numériques et des réseaux sociaux sur Internet. La partie introductive ou le « chapeau » a été réalisée sous forme de « méta-analyse » afin de mettre en perspective les différentes entrées théoriques, conceptuelles et empiriques articulées aux trois articles de thèse tout en explicitant l’ensemble de la démarche.

Jury :

  • Olivier Crevoisier, Directeur
  • Maria Giuseppina Lucia
  • Christian Arnsperger
  • Philipp Balsiger

Télécharger la thèse

 

Perspectives on the sustainability promise of alternative food networks, by Sini Forssell

 PhD thesis defended, with the permission of the Faculty of Agriculture and Forestry of the University of Helsinki,  on 15 September 2017, under the supervision of Dr. Leena Lankoski.

Abstract. This doctoral dissertation examines the phenomenon of alternative food networks (AFNs) from the perspective of food system sustainability. AFNs are seen as a promising response to the sustainability issues associated with the conventional food system, but have also attracted criticism. Criticisms include uncertainty over AFNs’ actual sustainability impacts; arguments that many AFNs are hybrid rather than purely alternative; and that their impact on food system sustainability is limited, due to their marginal position. In this dissertation, comprising three original research articles and an introductory section, I explore the above-mentioned criticisms to advance understanding of AFNs’ sustainability. I seek to i) understand what sustainability claims we can make for AFNs based on their characteristics, ii) to develop understanding of AFNs’ hybrid nature and their complex relationship to the conventional food system through empirically examining the negotiation of acceptable practice in AFNs; and iii) understand how this negotiation can be understood to drive wider food  system sustainability transitions by shaping norms. The main theoretical framework used is convention theory. This theory examines the deployment of different notions of worth in coordinating economic activity, as actors navigate in different situations, and shape these situations through their negotiation of acceptable practices. I also apply convention theory to the framework of sustainability transitions, to frame the examination of norm-shaping within the niche of AFNs. The empirical focus of this study is an often-overlooked AFN  actor, alternative food retailers, involving a qualitative, multiple case study research covering nine cases of alternative food retail in Finland and the UK.  My findings suggest that AFNs may potentially contribute to sustainability, but their sustainability should be critically assessed on a caseby-case basis. The findings also suggest a plurality of shared ideals in the domain of AFNs and several areas of tension in AFN practice that AFN actors  must navigate. In doing this, the actors may also shape the norms and ideals in the sector. The conceptual examination contributes a clarified overview of AFNs’ potential sustainability impacts and limitations, and provides a practical framework to assess different food networks’ sustainability. The empirical analysis challenges certain underlying assumptions in the previous literature, and contributes a new understanding of AFNs’ hybridity, its causes and consequences, and the challenges involved in adopting sustainable practices. The analysis can help practitioners understand consumer considerations, and opportunities and obstacles to more sustainable practices. It also deepens the understanding of how new norms are negotiated in the sector, and suggests an alternative view of AFNs’ potential to drive change, besides scaling up and gaining a larger share of the food market. It uncovers the deeper ideals that the alternative food retailers promote, and how these are different from or similar to conventional food system norms and ideals. This understanding can also help practitioners in their norm-shaping work. Theoretically, the study contributes a more dynamic application of convention theory to agri-food studies. The use of convention theory contributes a new understanding of the human and cultural aspect of sustainability transitions. AFNs are ultimately both more and less than their promise. They are not automatically sustainable, or always purely alternative, but can challenge the conventional food system. Their indirect impact on the wider food system may be greater than suggested by their small size and reach. AFNs operate in a dialogue between different parties, and the general direction of this dialogue is instrumental in shaping what AFNs might be or become, and the achievement of sustainability in AFNs.

Télécharger / Download

Unrooting inequality from development. Recognition and justification of inequality in global development

Alex Cisneros (2017)

MA thesis, University of Jyväskylä, Finnland

Abstract. How does the tension resolve between a moral order with egalitarian imperatives, such as sustainable and inclusive human development, and a global political economy based on a market system that prioritizes meeting the wants and needs of those with purchasing power? By developing a comprehensive theoretical framework as analytical contribution, I propose to rethink a practice-intensive field and analyze the texts that represent the dominant discourse in development policies: the UNDP Human Development Reports and the World Bank’s World Development Reports. These influential institutions have shaped the rise of neoliberalism as a hegemonic development paradigm, and their discourses about development have shaped socioeconomic logics of what ‘worth’ means, turning market-led growth – without equity – to be recognized and justified as generic development policy. Global inequality, enacted through normalized intersubjective relational disorders, has become a ‘natural’ situation in which there is apparent agreement to tackle inconsistencies under a seemingly tolerable promise of proper management in a future of sustained status quo. My thesis analyzes the way these disruptive situations, despite the crises of legitimation and questioning, appear to hold together. My research dwells in overlapping fields, between the German social philosophy in Axel Honneth’s Theory of Recognition, and the French economic sociology in Luc Boltanski and Laurent Thévenot’s methodology of Justification and Economies of Worth. Understanding this process will need a complex methodological scope, which: 1) maps patterns of exclusion, using a recognition-theoretical view of inequality as a displacement of exclusionary practices, and shifts of relational disorders in society; 2) applies conceptual tools to describe subject-formation and performativity under these disorders, including their political dimension; 3) grounds these theoretical findings in the context of development studies, unveiling unconscious attachments that subjects have to actively prefer and accept these relations; and 4) applies a holistic and highly pragmatic methodology of Justification and Economies of Worth to analyze and identify how this process is justified to an extent to which inequality is tolerated. I use this intersecting methodology to analyze the Human Development Reports by the United Nations Development Programme, and how they resolve the paradoxical tension in favor of neoliberal capitalism by being subjectively different, but objectively aligned and complicit.

Télécharger / Download

Why coffee and not honey – untangling the limits and opportunities for certifying the ‘moral quality’ of products, by Jan-Christoph Janssen

PhD thesis defended the 29th may 2017, under the supervision of Sigfrid Quack and Christine Trampusch, Universität zu Köln

Why did Fair Trade take momentum in some industries within certain national contexts and not in others? In this thesis, I apply the arguments of H. C. White, Tilly, Fligstein and McAdam in order to understand the success and failure of applying similar standards to various product markets through one certificate. Four national settings and seven product categories are compared – coffee, cocoa, bananas, sugar, rice, wine, and honey in Austria, Germany, the United Kingdom, and the USA are chosen and analyzed between the years 2002 and 2011. The effects of the discourse and structural preconditions (i.e. oligopolies) are analyzed in concert through the application of fuzzy set Qualitative Comparative Analysis (fsQCA). I investigate the role of firms and social movements in the process of change. Two equifinal paths to change in markets are theorized and analyzed. One of those paths is driven by institutional entrepreneurship, the other by social movements. The findings of the fsQCA back the perspective of social movements and institutional entrepreneurship as substitutive drivers of change in markets and the two paths. Less successful attempts to penetrate markets though certification lack the discourse and the focus of single firms or entrepreneurs within the discourse. In addition, the evidence pinpoints to changing processes over time and the need to move beyond static analyses. This study contributes to the current state of the art by offering a comparative perspective on the effect of social movements and institutional entrepreneurship on mature markets. In this vein, fsQCA is applied deductively and the concepts and paths are disentangled in a compelling manner. INUS conditions are theorized as constitutive parts of paths to change. Finally, this study compares the opportunities and fallacies of penetrating markets through certification in general – and Fair Trade certification in particular.

Download full-text PDF

 

Une approche conventionnaliste du marché du travail fondée sur le recrutement des entreprises, par Guillemette de Larquier

HDR soutenue le 12 décembre 2016 sous la direction de Nadine Levratto

Ce mémoire propose de renouveler la compréhension du fonctionnement du marché du travail, en le faisant reposer sur les logiques de recrutement des entreprises. Par ailleurs, le choix est fait d’adopter une lecture « conventionnaliste » d’une hypothèse « conventionnelle » en économie du travail : les appariements entre travailleurs et entreprises sont risqués et se révèlent hétérogènes, l’Économie des conventions soulevant alors le problème de la définition de la qualité de ces appariements. Le mémoire comprend deux parties de deux chapitres. La première partie – le pouvoir de valorisation de l’entreprise – est consacrée à l’opération, interne aux entreprises, d’attribution d’une valeur aux personnes, c’est-à-dire à l’évaluation des candidats qu’elles sélectionnent ou des salariés en place qu’elles rémunèrent. L’évaluation lors du recrutement est analysée dans le chapitre 2, alors que le chapitre 1 présente la cohérence des conventions d’évaluation présentes dans une entreprise qui coordonne « ses » trois marchés : marchés des produits, des capitaux et du travail. La deuxième partie – les investissements de forme de la fonction d’appariement –met en avant les activités de mise en relation qui se réalisent sur le marché du travail. Les intermédiaires et les canaux qui « mettent en forme » le marché (en définissant ses règles, ses frontières et le format de l’information) sont présentés dans le chapitre 3. Le chapitre 4 propose enfin une typologie de dynamiques d’appariement en partant du recours des entreprises aux canaux qu’elles mobilisent pour s’adresser à leur marché externe, ce qui implique l’appui sur certains investissements de forme plutôt que d’autres.

Accéder au document

Jury :
Olivier Favereau, Professeur émérite, Université Paris Nanterre
Jérôme Gautié, Professeur, Université de Paris 1, rapporteur
Florence Jany-Catrice, Professeur, Université de Lille 1, rapporteur
François Legendre, Professeur, Université Paris-Est-Créteil, président
Nadine Levratto, Directeur de recherche, CNRS, Université Paris Nanterre, référente

A conventionalist approach of the labour market based on firms’ recruitment

This thesis proposes to renew the understanding of the functioning of the labour market, with the hypothesis that this functionning relies on the logic of firms’ recruitment. Moreover, the choice was made to adopt a « conventionalist » approach of a « conventional » hypothesis in labour economics: the matches between workers and firms are risky and heterogeneous, and the French school of Economics of conventions raises the issue of the definition of the quality of these matches. The thesis has two parts, each one with two chapters. The first part – the power of valuation of firms – is dedicated to the operation, internal to firms, assigning a value to people, that is to say the assessment of applicants they select and of employees they pay. The assessment during recruitment and selection is discussed in Chapter 2, while Chapter 1 presents the consistency of the conventions of valuation present in a firm which is coordinating « its » three markets: product, capital and labour markets. The second part – the “investments in forms” of the matching function – emphasizes the matchmaking activities that take place in the labour market. Intermediaries and channels that « shape » the market (by setting its rules, boundaries and format of information) are presented in Chapter 3. Finally, Chapter 4 proposes a typology of matching dynamics based on the channels that the firms use to address their external market, which implies the support on specific “investments in form” rather than on others.

 

Les services écosystémiques : de nouveaux outils de justification au service de la critique écologiste ? Une analyse conventionnaliste à partir du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut (France), par Leslie Carnoye

Thèse soutenue le 8 décembre 2016 sous la direction de Richard Sobel et Alain Leprêtre

Le paradoxe des « services écosystémiques » est qu’ils tendent à devenir aujourd’hui un référentiel dominant en matière de conservation et de protection de la biodiversité, mais qu’ils restent, dans le même temps, une approche très controversée, notamment dans le champ de l’Economie Ecologique. Le présent travail de thèse vise à interroger le potentiel transformateur de l’approche par les services écosystémiques, vis-à-vis des dynamiques institutionnelles qui régissent les rapports entre la conservation et le développement.

Pour ce faire, nous nous basons sur une étude de cas précise : celle du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut, dans le département du Nord. Nous y avons réalisé une expérience d’observation participante, dans le cadre d’un projet d’évaluation de services écosystémiques sur le territoire. Nous avons également conduit des entretiens semi-directifs avec un certain nombre de représentants du parc et étudié ses documents de gestion, à l’aide d’un logiciel d’analyse de données textuelles (Prospéro). Le cadre théorique mobilisé est celui de l’Economie des Conventions. L’apport de la thèse est de proposer de modéliser l’écologisme non pas sous la forme idéale de la cité, mais comme une critique du capitalisme, au sens de Boltanski et Chiapello (1999). Selon nous, les principales formes de critiques écologistes contemporaines sont la décroissance, le développement durable et la croissance verte et ces dernières s’appuient sur différentes formes de compromis entre plusieurs ordres de grandeur.

Notre analyse nous amène à penser que la place des services écosystémiques, comme outils de justification au service du parc Scarpe-Escaut doit être relativisée. Ce qui donne du sens au projet de conservation et de développement porté par le parc est en effet la mobilisation d’un registre domestique, alors que les fondements normatifs des services écosystémiques reposent plutôt sur les cités marchande et par-projets. Les services écosystémiques peuvent ainsi être compris comme des dispositifs importants de la critique écologiste de la croissance verte, laquelle s’avère peu subversive vis-à-vis du capitalisme connexionniste.

Jury
M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université de Paris X, Nanterre (Rapporteur)
Mme Géraldine FROGER, Professeure, Université de Toulouse, Jean Jaurès (Rapporteure)
Mme Florence JANY-CATRICE, Professeure, Université de Lille 1 (Présidente)
M. Alain LEPRETRE, Professeur, Université de Lille 1 (Co-directeur)
M. Richard SOBEL, Professeur, Université de Lille 1 (Directeur de thèse)
M. Franck-Dominique VIVIEN, Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne (Examinateur)
M. Bertrand ZUINDEAU, HDR, Directeur de projet, Conseil Régional des Hauts-de-France (Invité)

Ecosystem services: new justification tools for the ecological criticism? A conventionalist approach based on the Scarpe-Escaut natural park

The paradox of « ecosystem services » is that they tend to become today a dominant approach to conservation and biodiversity protection, while remaining at the same time very controversial, especially in the field of Ecological Economics. The thesis aims at questioning the transformative potential of the ecosystem services approach, regarding the institutional dynamics governing the relations between conservation and development.

This research is built on a precise case study: the Scarpe-Escaut Regional Natural Park, in the north of France. In the park, we carried out a participative observation experience within an ecosystem services valuation project; we conducted semi-structured interviews and studied the park’s management documents using a text-based data analysis software (Prospéro). The theoretical perspective developed is conventionalist. This thesis points out that ecologism shouldn’t be modelled as an ideal “order of worth”, but rather as a critique of capitalism, following Boltanski & Chiapello (1999). We show that the main contemporary forms of ecologist criticisms are degrowth, sustainable development and green growth, each of them relying on different forms of compromises between several “orders of worth”.

Our analysis leads us to think that the role of ecosystem services, as justification tools for the Scarpe-Escaut Park can be relativised. What gives meaning to the park’s conservation and development project is indeed the mobilisation of a domestic “order of worth”, while the normative basis of ecosystem services appears to be related to the merchant and per-projects “orders of worth”. This makes of ecosystem services an important part of the green growth ecological criticism, the latter being poorly subversive towards connexionist capitalism.

Quelle égalité dans les SCOP ? Analyse quantitative et qualitative de la distribution des salaires et de la flexibilité de l’emploi, par Nathalie Magne

Thèse soutenue le 7 décembre 2016 sous la direction de Bernard Baudry

Cette thèse porte sur le travail dans les Société Coopératives et Participatives (SCOP). A travers l’étude de ce modèle, est proposée une analyse approfondie des inégalités au travail dans les entreprises par le biais de la structure salariale et de la répartition des coûts d’ajustement de l’activité. La thèse est divisée en quatre chapitres. Le premier chapitre compare la distribution des salaires dans les SCOP et dans les entreprises classiques (EC), en estimant des équations de salaires à partir de la base de données DADS. Le deuxième chapitre vient compléter le premier en proposant une analyse détaillée du discours des agents (à l’aide de 53 entretiens réalisés dans 38 SCOP de la région Rhône-Alpes) permettant d’identifier les principes de justice à l’œuvre dans la détermination des structures salariales mises en évidence dans le premier chapitre. Le troisième chapitre propose une analyse économétrique de l’adaptation différenciée des SCOP et des EC aux chocs de demande, par les ajustements de l’emploi, des salaires et des heures travaillées. Le quatrième chapitre explore la possibilité d’une diversité importante parmi les SCOP, notamment dans l’accès au sociétariat, qui pourrait avoir un impact sur les ajustements de l’emploi. La contribution de cette thèse au débat économique peut être résumée en trois points. Premièrement il s’agit de la première grande analyse quantitative comparative des SCOP et EC concernant l’emploi et ses caractéristiques. Deuxièmement l’enquête qualitative sur laquelle nous nous appuyons, réalisée en collaboration avec des collègues de l’Université de Grenoble est également unique puisque c’est la première enquête qualitative de cette ampleur. Son exploitation permet donc une analyse du discours des membres des SCOP qui n’avait pas été réalisé auparavant. Enfin, notre positionnement se veut également original, mobilisant des approches habituellement mises en opposition en les faisant réellement discuter autour d’un objet dont la compréhension s’en trouve enrichie.

Which equality in SCOPs? Quantitative and qualitative analysis of wage distribution and employement flexibility

This thesis focuses on French Cooperative and Participative firms (SCOP). Through the observation of this model, it offers an extensive analysis of inequality at work within firms, concentrating on wage inequality and sharing of adjustment costs. The thesis is divided into four chapters. The first chapter compares wage distribution in SCOPs and conventional firms (CFs) by estimating wage equations based on the DADS dataset. The second chapter offers a detailed analysis of 53 workers’ interviews, conducted in 38 SCOPs in the Rhône-Alpes region. The principles of justice at work in the determination of the wage structures described in chapter one are identified. The third chapter is an econometric comparison of adjustments to demand shocks in SCOPs and CFs, involving employment flexibility as well as hour and wage flexibility. The fourth chapter explores the diversity among SCOPs, especially in access to membership and its consequences on employment adjustments. The contribution of this thesis to the debate in economics can be summarised with three points. Firstly it is the first large comparative quantitative analysis of SCOPs and CFs regarding employment and its characteristics. Secondly, the qualitative survey we use, produced with colleagues from Grenoble University, is also unique in terms of size and content. Its exploitation makes the analysis of workers’ rhetoric on equality possible. Finally, our method is original: we adopt approaches that are usually opposed and use them in unison to enrich the understanding of our subject.

Gouverner la télémédecine. Analyse institutionnaliste d’une nouvelle pratique médicale, par Amandine Rauly

Thèse soutenue le 1er décembre 2016 sous la direction de Jean-Paul Domin

La télémédecine, entendue comme une activité de production de soins réalisée à distance au moyen des technologies médicales, est présentée par les autorités régulatrices du système de santé comme une solution à la désertification médicale, à la prise en charge des maladies chroniques et doit permettre d’encadrer l’évolution de la dépense de santé. Alors que cette pratique se développer de façon significative au cours des années 1990-2000, sa progression est freinée depuis l’instauration d’une politique publique qui lui est dédiée. Cette thèse propose une grille de lecture de la gouvernance de la télémédecine afin d’expliquer l’échec relatif de la stratégie nationale de déploiement de la pratique.

La gouvernance de la télémédecine repose sur un référentiel politique particulier, le référentiel de marché qui est marqué en santé par une orientation néo-libérale de l’action publique. Le référentiel de télémédecine s’inscrit dans une approche individualiste qui ne tient compte, ni des groupes d’acteurs, ni des rapports sociaux entre ces acteurs. À partir de ce constat, nous avons formulé deux hypothèses interprétatives qui ont déterminé notre méthode de recherche : le blocage de la télémédecine résulterait d’une incapacité de la puissance publique à caractériser les zones de tension à travers le référentiel de marché (i) et il serait nécessaire de mener une analyse alternative des institutions qui tienne compte des rapports de force entre les groupes sociaux (ii).

Afin de tester ces hypothèses nous avons adopté un cadre analytique, dans la lignée des travaux institutionnalistes en économie de la santé, qui combine les approches régulationnistes et conventionnalistes. L’enjeu de cette thèse est de caractériser la façon dont se noue la régulation de l’activité télémédicale et de préciser les dispositifs qui lui sont associés. Toutefois, c’est en mobilisant le cadre analytique conventionnaliste qu’il devient possible de définir les logiques qui seraient à l’origine des conflits de représentation entre les acteurs de la télémédecine.

Il semblerait que le blocage du développement de la télémédecine révèle des logiques d’action antagonistes entre acteurs de la gouvernance et ceux de la production de soins. Les premiers suivent une logique d’action qualifiée d’industrielle marchande, en adéquation avec la vision associée au référentiel de marché et compatible avec les principes de ce que nous avons caractérisé de New public management à la française. Les seconds suivent une logique d’action qualifiée de professionnelle qui repose sur des principes tels que l’autonomie et le respect de l’éthique. La logique d’action professionnelle est caractéristique des acteurs primo-utilisateurs de la télémédecine, c’est-à-dire avant sa reconnaissance juridique. Nous proposons alors d’interpréter l’enlisement dans ce conflit comme tenant à l’impossibilité pour les acteurs de la gouvernance d’identifier les raisons du blocage du déploiement, compte tenu de leur lecture par le référentiel de marché.

De notre analyse, nous retenons que la politique de télémédecine prend mal en compte l’insertion du système de télémédecine dans son environnement institutionnalisé, ce qui crée des tensions entre les objectifs de la politique et les logiques socio-économiques historiques de la production de soins. En éludant les caractéristiques spécifiques des médecins, les dispositifs proposés par la politique vont alors à l’encontre des logiques de production de soins.

Jury :
Philippe BATIFOULIER (Président), Professeur des Universités, Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité
Jean-Paul DOMIN (Directeur), Maître de Conférences HDR, Université de Reims Champagne-Ardenne
Olivier FAVEREAU, Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maryse GADREAU (Rapporteur), Professeur émérite, Université de Bourgogne
Florence JANY-CATRICE (Rapporteur), Professeur des Universités, Université Lille 1
François LEGENDRE, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil

Accéder à la thèse

Governance of telemedicine. An institutionalist analysis of a new medical practice

Telemedicine is a form of medical practice remotely using ICT. This practice is presented as a solution to: medical desertification (i), management of chronic diseases (ii). Furthermore, telemedicine contributes to the reduction of the costs of the health system. This pratice This practice has developed in the 90’-2000 in France. However, its progress has been slowed down since the introduction of a public policy. Our thesis proposes an analytical framework of the governance of telemedicine in order to explain the relative failure of the national development strategy.

The governance of telemedicine is based on a specific policy framework: the market reference framework. It is characterized by a neo-liberal orientation of public action in health. The telemedicine reference framework is an individualistic approach that does not take into account either the groups of actors or the social relations between these actors. On the basis of this observation, we formulated two interpretive hypotheses which determined our research method. Firstly, the blocking of telemedicine is the result of an inability of the public authorities to characterize the areas of tension. Secondly, it is necessary to carry out an alternative analysis of institutions that takes account of the power balance between social groups.

To test these hypotheses we have adopted an analytical framework that combines regulatory and conventionalist approaches. The aim of this thesis is to characterize the regulation of telemedicine and to specify the regulation devices. The conventionalist analytical framework makes it possible to characterize the logics of action at the origin of conflicts. The blocking of the development of telemedicine corresponds to antagonistic logics between telemedicine actors: public authorities and medical practitioners. The public authorities follow a logic of action « industrial merchant ». The latter follow a logic of action « professional » based on principles such as autonomy and ethics. We propose to interpret the stalemate in this conflict as being due to the impossibility for the public authority to identify the reasons for blocking the deployment of telemedicine.

We note that the telemedicine policy does not take into account the insertion of the telemedicine system in its institutionalized environment, which creates tensions between the objectives of the policy and the historical socio-economic logics of the production of care. The devices proposed by the policy are antagonistic to the logics of care production.

La diversité des structures de rationalité en microéconomie, par Aude Lambert

Thèse soutenue le 16 novembre 2016 sous la direction de Pierre Livet

La microéconomie conventionnelle présente le concept de rationalité de manière univoque et étroite comme maximisation de l’utilité espérée. On sait les critiques qui ont été adressées à ce concept tant du point de vue de l’économie comportementale que de celui de la sociologie. Notre objectif est de proposer une lecture de certaines de ces critiques afin de montrer que, pour l’essentiel, elles mettent en évidence la diversité des modes de rationalité. Le problème est, dès lors, de savoir si le constat de cette diversité conduit nécessairement à la récusation du modèle standard. Cette thèse s’inscrit dans la double perspective de la théorie du choix rationnel et de la théorie des jeux. À partir des critiques de l’économie comportementale, nous soutenons que le principe de maximisation constitue un mode de raisonnement local et évaluable au regard du contexte d’action. Mais une telle régionalisation implique une profonde révision de la théorie des jeux standard. La récusation de l’équilibre général, fondé sur le présupposé de la maximisation de l’utilité espérée, comme modèle univoque appelle un nouveau type de formalisation. En ce sens, nous montrons que la modélisation multi-agents permet de penser, de manière contrefactuelle, des interactions entre agents économiques rationnels et situés. Cette méthode nous autorise ainsi à élaborer des scénarios rationalisants qui dessinent des mondes possibles sans trancher entre ces mondes.

Jury :
Gilles Campagnolo, Directeur de recherche CNRS, Aix-Marseille Université, GREQAM
Olivier Favereau, Professeur émérite à l’Université Paris X – Nanterre, EconomiX (rapporteur)Pierre Livet, Professeur émérite à Aix-Marseille Université, CEPERC
Emmanuel Picavet, Professeur à l’Université Paris I -Panthéon Sorbonne, NoSoPhi (rapporteur)
Franck Varenne, Maître de conférences à l’Université de Rouen, GEMASS

The diversity of rational patterns in microeconomics

Standard microeconomics displays the concept of rationality as the maximisation of expected utility i.e. in a narrow and unequivocal sense. The criticisms against this concept made by behavioural economics or sociology are well known. I aim at providing an analysis of some of them in order to emphasise the fact that they mainly highlight the diversity of reasoning modes. But the issue is to know whether the diversity of reasoning modes necessarily leads to reject the standard model. My intention falls into two fields : the theory of Rational Choice and the Game Theory. From the point of view of behavioural economics, I assume that the maximisation is nothing more than a local reasoning mode that can be assessed in relation to the context of action. But this assumption implies correcting the standard Game Theory as well. The fact that the general equilibrium, based on the maximisation of expected utility, cannot be used anymore as an unique model calls a new kind of formalisation. So, I point out that agent-based modelling allows us to conceive, in a counterfactual way, interactions between rational economic agents in their context. Therefore, in this respect, rational patterns of actions and interactions design possible worlds without having to choose between them.

Les mutuelles de santé dans l’extension de la couverture maladie au Sénégal. Une lecture par les conventions et l’économie sociale et solidaire, par Juliette Alenda

Thèse soutenue le 17 mai 2016 sous la direction de Bruno Boidin

Cette thèse aborde la question du potentiel des mutuelles comme base de la protection de la santé en Afrique. Le contexte est celui des régimes actuels de couverture maladie en Afrique de l’Ouest et centrale, hérités de modèles occidentaux, qui ne couvrent qu’une petite partie de la population, les travailleurs du secteur dit formel. Les gouvernements de ces pays se sont engagés dans l’extension de leurs couvertures maladies afin de fournir un accès universel aux soins. Depuis deux décennies, les mutuelles de santé se développent dans cette zone et sont devenues, dans certains pays, des piliers de cette extension. Mais, au regard des évolutions constatées, elles connaissent des difficultés importantes qui freinent leur développement. La littérature se concentre principalement sur les aspects opérationnels et financiers. En nous plaçant dans le contexte du Sénégal, notre thèse vise à montrer que cette vision est restrictive et laisse de côté les dimensions politiques et socioculturelles. En nous appuyant sur la littérature académique et celle des institutions, des entretiens semi-directifs et des études de cas, nous mettons en évidence deux explications principales à la stagnation des mutuelles de santé dans ce pays : un manque d’adhésion des populations qui provient d’une absence de compréhension de leur perception de la mutualité et de la santé, et l’influence des rapports de force entre les divers acteurs impliqués dans l’extension de la couverture maladie. La mobilisation de l’économie des conventions et de la littérature sur l’ESS permet de mettre en perspective ces obstacles et de montrer que les mutuelles ne devraient pas résulter d’un processus « clé en main ».

Jury :

M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université Paris 13 (Rapporteur)
M. Bruno BOIDIN, Maître de conférences/HDR, Université Lille 1, directeur de thèse
M. Hervé DEFALVARD, Maître de conférences/HDR, Université Paris-Est Marne-La-Vallée, rapporteur
M. Fred EBOKO, Chargé de recherche 1ère Classe/HDR, Institut de Recherche pour le Développement
Mme Florence JANY-CATRICE, Professeur, Université Lille 1

Accéder à la thèse

Mutual health insurance in the context of expanding health coverage in Senegal : a reading by the conventions and the social and solidarity economy

This thesis addresses the idea of mutual health organizations (MHOs) as a foundation for health protection in Africa. Current health coverage schemes in West and Central Africa, inherited from Western models, include only a small part of the population, the so-called formal sector. The governments of these countries have engaged in expanding coverage to provide universal access to health care. For two decades, MHOs have developed in this area and have become, in some countries, the pillar of this expansion. But, in light of observed trends, there are significant problems restricting the development of mutual insurance. The literature mainly focuses on operational and financial aspects. In the context of Senegal, our thesis is to show that this vision is restrictive and ignores the political and socio-cultural dimensions. Building on the literature from institutions, academic literature, semi-structured interviews and case studies, we highlight two main explanations for the stagnation of MHOs in this country: a lack of support of the population due to a deficiency in understanding their perception about mutuality and health; and the influence of power between the various actors involved in the health coverage expansion. Mobilizing the economy of conventions and literature on the SSE, we put these obstacles into perspective and show that MHOs should not result from a « turnkey » process.

 

 

La construction problématique de la relation d’emploi dans l’ESS Les EHPAD : entre régulations publiques et régulations d’entreprise, par Laura Nirello

Thèse soutenue le 7 décembre 2015 sous la direction de Jean-Pierre Brechet et Lionel Prouteau

Le développement de l’emploi dans l’économie sociale et solidaire (ESS) est accompagné d’un discours des acteurs sur leur volonté de « faire autrement » par rapport au management des entreprises lucratives. L’objet de la thèse est d’étudier dans quelle mesure le statut juridique des structures a une incidence sur la qualité des emplois, en particulier dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). L’approche pluridisciplinaire mêlant économie conventionnaliste et sociologie des organisations (théorie de la régulation sociale) permet d’appréhender la complexité du fonctionnement des organisations et montre la nécessité d’étudier la relation d’emploi dans le contexte des régulations dont ces organisations relèvent. Des investigations quantitatives conduisent à souligner l’hétérogénéité des situations en matière de qualité de l’emploi dans l’ESS. Une enquête qualitative permet quant à elle d’analyser les modalités de construction et d’exercice de la relation d’emploi. Le poids des régulations publiques réduit les degrés de liberté des organisations. La relation d’emploi est problématique au niveau national, ce dont témoigne le conflit autour de la convention collective nationale 51. Au sein des établissements, les tensions sont vives. Les faibles marges de manoeuvre existantes soulignent le rôle que peut jouer le sens donné par les salariés à leur travail, et la manière dont celui-ci est porté par les projets des entreprises. Notre recherche conduit à une réflexion sur la difficulté pour les organisations de l’ESS d’affirmer une identité propre et des valeurs partagées par l’ensemble des acteurs tout en assurant la pérennisation des activités.

Jury :

M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université Paris 13 (Rapporteur)
M. Jean-Pierre BRECHET, Professeur, Université Nantes (Co-directeur de thèse)
M. Alain DESREUMEAUX, Professeur émérite, Université de Lille 1 (Rapporteur)
Mme Florence JANY-CATRICE, Professeure, Université de Lille 1 (Présidente)
M. Dominique PEYRAT-GUILLARD, Maître de conférences HDR, Université d’Angers
M. Lionel PROUTEAU, Maître de conférences émérite, Université Nantes (Co-directeur de thèse)

Accéder à la thèse

The problematic construction of employment relationship in the social economy
Nursing homes: between public regulations and enterprise regulations

The expansion of employment in the social economy (SE) has been paralleled by the declared will of the SE actors to distinguish their management from the one of the private for-profit sector. This thesis is aimed at studying to what extent there is a sector effect on job quality, especially in nursing homes industry. The multidisciplinary approach combining the economics of conventions and the sociology of organizations (the theory of social regulation) allows us to comprehend the complexity of the organizational functioning. Such an approach also highlights the need to study the employment relationship in the context of the regulations that govern the organizations. Our quantitative investigations lead us to underscore the heterogeneity of job quality in the SE. A qualitative survey allows to analyze how the employment relation is built and how it is working out. Public regulations restrict the margins of organizations. The employment relationship is strained at a national level as evidenced by the conflict concerning the collective agreement of 1951. In the organizations, tensions are high. The weak margins stress the role that the meaning given to their jobs by workers can have, and the way that this meaning is strengthened by organizations. Our research leads to think about the difficulty of the SE organizations to assume their own identity and shared values while ensuring the continuity of their economic activities.

Une analyse conventionnaliste des collaborations entre entreprises sociales et entreprises commerciales : l’exemple de l’insertion par l’activité économique, par Philippe Semenowicz

Thèse soutenue le 18 novembre 2015, sous la direction de Hervé Defalvard

Les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) proposent à des personnes rencontrant des difficultés sociales ou professionnelles particulières une mise en situation de travail et une prise en charge de ces besoins sociaux et professionnels. Depuis une dizaine d’années, les SIAE ont engagé un processus de rapprochement avec les entreprises commerciales, alors qu’antérieurement prévalaient des relations de méfiance réciproque. L’objet de la thèse est précisément d’analyser le fonctionnement des « collaborations » nouées entre les SIAE et les entreprises commerciales.

Après avoir présenté la diversité des SIAE et leur évolution historique, la thèse expose les débats qu’elles ont suscités dans le champ académique. Elle analyse ce qui fait leur originalité par rapport aux entreprises commerciales, en mobilisant à cette fin la littérature internationale sur l’entreprise sociale. Les entreprises sociales, dont les SIAE font partie, sont distinguées de l’entrepreneuriat social, qui est défini dans la thèse comme une stratégie particulière qui s’offre à elles : privilégier les collaborations avec les entreprises commerciales comme modalité d’action et de développement. Un modèle d’analyse inspiré de l’économie des conventions est élaboré pour mettre à l’épreuve l’enquête qualitative réalisée (trois fines monographies).

Ce travail permet de distinguer trois « conventions d’insertion » (civique-marchande, civique-industrielle et civique-connexionniste), qui sont autant de compromis permettant une coordination entre SIAE et entreprises commerciales. Ces « conventions d’insertion » sont présentes au sein de chacune des études de cas mais dans des proportions variables, en fonction des milieux institutionnels dans lesquels évoluent SIAE et entreprises commerciales : les entreprises commerciales abordent l’insertion en se la réappropriant, selon les objectifs qu’elles poursuivent et les contraintes auxquelles elles sont exposées. La dimension civique est constamment mêlée à d’autres principes supérieurs communs. L’insertion apparaît au final comme une notion ouverte à plusieurs acceptions. L’enjeu principal des collaborations entre SIAE et entreprises commerciales réside alors dans l’adoption de conventions d’insertion exigeantes.

Jury :
Philippe Batifoulier, Professeur à l’Université Paris XIII
Bernard Baudry, Professeur à l’Université Lumière Lyon II
Hervé Defalvard, Maître de conférences HDR à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Florence Jany-Catrice, Professeure à l’Université Lille I
Yannick L’Horty, Professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Marthe Nyssens, Professeure à l’Université Catholique de Louvain.

Instituer la performance : une application au travail du médecin, par Nicolas Da Silva

Thèse soutenue le 9 décembre 2014 sous la direction de Philippe Batifoulier

L’émergence de la logique de performance marque un changement majeur dans les stratégies publiques ou privées de management des ressources humaines. La relation médicale est exemplaire de cette évolution. Alors qu’historiquement les négociations entre l’Etat et les médecins portaient exclusivement sur des problématiques de prix, depuis le début des années 1990, la régulation publique se fait par les pratiques. L’objectif du contrôle est alors de promouvoir la qualité des soins – notamment sur les enjeux de santé publique – et la réduction des dépenses – en évitant le développement des maladies chroniques et en favorisant la prescription de médicaments génériques. L’introduction d’un dispositif de paiement à la performance médicale, en 2011, est l’étape ultime de ce tournant métrologique de la profession qui conduit à multiplier les dispositifs d’évaluation chiffrée de la pratique médicale et à mettre en indicateurs le travail du médecin. Dans une perspective institutionnaliste, notre thèse propose d’interroger la pertinence de cette réforme visant à instituer la performance.Nous montrons que cette institution de la performance n’est ni efficace ni efficiente. En conduisant à de nombreux effets pervers, elle se fait au détriment des intérêts des patients et des médecins de première ligne. L’injonction à la performance ne conduit pas à améliorer la qualité des soins et à renforcer la maîtrise des dépenses de santé, contrairement aux objectifs annoncés. Par contre, dans l’esprit du néolibéralisme contemporain, la santé est assimilée à un bien comme un autre autour duquel il est possible de mettre en concurrence les producteurs et les consommateurs.

Accéder à la thèse

Instituting performance : applied to physician labour

The emergence of the logic of performance illustrates a major change in public or private human resources management strategies. The health care relation is exemplary of these evolutions. Historically, negotiations between the State and physicians exclusively focused on prices. However, since the beginning of the 90’s, public regulation is carried out through professional norms. The goal is to improve the quality of care and to control public spending (avoiding chronic diseases and encouraging the use of generic drugs). The introduction of pay-for-performance in France in 2011 is the ultimate stage in this metrological turning point defined by a numerically-based assessment of medical work. In an institutionalist viewpoint, our thesis seeks to question the relevance of this reform which aims at instituting performance.We show that this project is neither effective nor efficient. Leading to numerous perverse effects, it is implemented regardless of the patients’ interests and of the general practitioners. Contrary to what was proclaimed, this injunction for performance did not achieve the improvement of quality in medical care and the control of health expenditures. Yet, in the contemporary neoliberalism spirit, health is associated with a good as any other, surrounding which it is possible to generate competition among producers and consumers.

Approche économique de la qualité d’un bien intermédiaire : application à la filière rizicole malgache, par Tiana Rakotondramanitra

Thèse soutenue le 3 décembre 2014 sous la direction d’Olivier Favereau

Madagascar souffre d’une insuffisance chronique en riz, aliment de base de la population. La filière peine à sortir de la dépendance aux importations et encore moins à développer les exportations. Nous tentons de voir en quoi ces contre-performances reflètent une « crise de la qualité » dans les échanges à l’aide du modèle de marché de Harrison White (2002) qui analyse la notion de viabilité des échanges autour des questions de qualité. Celle-ci passe par l’existence d’un ordre de qualité du riz (paddy ou blanchi) fondé sur les perceptions ressenties par les acteurs. Pour cela, les intermédiaires de la filière ont à définir une orientation de leurs activités en amont ou en aval selon la localisation de la plus grande incertitude sur la qualité du riz, pour saisir, et être en accord avec, les perceptions de la qualité par les acteurs concernés. L’analyse des échanges dans l’Alaotra-Mangoro donne les résultats suivants. 1/ Trois circuits de commercialisation du riz sont théoriquement viables. Le circuit « dominant » et le circuit « à la marge » sont dominés respectivement par une convention de qualité « domestique » basée sur la qualité nutritive du paddy et une autre « industrielle » basée sur la qualité esthétique du riz blanchi. Sur le circuit « transitionnel », coexistent les deux conventions de qualité, « domestique » en amont et « industrielle » en aval. 2/ L’ordre de qualité sur ce circuit résulterait d’un compromis entre conventions matérialisé par un référentiel de qualité esthétique et nutritive du riz (paddy et blanchi). 3/ La reconnaissance de ces deux conventions de qualité et de la nécessité d’un compromis entre celles-ci rendrait les échanges viables et lèverait l’actuelle « crise de la qualité » au sein de la filière.

Economic Approach of Input Quality : application to the rice value chain in the Alaotra-Mangoro region (Madagascar)

Madagascar suffers from a chronic insufficiency of rice, the staple food of the population.The value chain is struggling to emerge from dependence on imports and even less to develop exports.We try to see how these poor performances reflect a « quality crisis » in rice exchanges by means of themarket model of Harrison White (2002) and its concept of market “viability” based on quality issues.To be viable, market needs to be governed by an order of quality defined by perceptions on ricequality from actors at play. The intermediaries have then to orient upstream or downstream theiractivities depending on where the greatest uncertainty on quality is in order to take into accountquality perceptions by the actors involved. Rice exchanges analysis in the Alaotra-Mangoro gives thefollowing results. 1 / Three rice marketing channels are theoretically viable. The “dominating”marketing channel and the “marginal” one are respectively ruled by a « domestic » quality conventionaround the nutritious quality of paddy and an « industrial » one around the esthetic quality of milledrice. Both quality conventions exist on the « transitional » channel: the « domestic » convention is sharedby upstream and the « industrial » one by downstream. 2 / The order of quality on this last marketingchannel would be a compromise between the two existing conventions and is materialized by areferential of esthetic and nutritious quality. 3 / The recognition of these two quality conventions andof the need for compromise between them would enable rice exchanges to be viable and then wouldend the « quality crisis » at the origin of the poor performances of the Malagasy rice value chain.